lotion


lotion

lotion [ losjɔ̃ ] n. f.
loccion 1372; bas lat. lotio, de lavare « laver »
1Vx Action de se faire couler un liquide sur le corps pour le laver, le rafraîchir. ablution, bain. Mod. Application d'un liquide sur une partie du corps, dans un but thérapeutique. Faire des lotions sur une plaie.
2Cour. Le liquide utilisé pour des applications à but thérapeutique. Lotion capillaire, pour empêcher la chute des cheveux. Lotion médicamenteuse, dans le traitement des maladies de la peau. Lotion astringente pour le visage. 1. tonique. Lotion après-rasage. after-shave, après-rasage.

lotion nom féminin (bas latin lotio, -onis, du latin classique lavare, laver) Préparation liquide, pharmaceutique ou cosmétique, obtenue par dissolution ou dispersion de principes actifs dans de l'eau pure ou alcoolisée, destinée à être appliquée sur la peau.

lotion
n. f. Liquide spécialement préparé pour les soins de toilette. Lotion capillaire.

⇒LOTION, subst. fém.
A. — 1. Vx. Action de faire couler de l'eau sur le corps ou sur une partie du corps pour le rafraîchir ou le laver. Synon. ablution. Recommandez-lui surtout, au nom de sa santé si précieuse pour vous, de s'abstenir de lotions d'eau froide; que toujours l'eau chaude ou tiède soit l'ingrédient fondamental de toute espèce d'ablution (BALZAC, Physiol. mar., 1826, p. 125). 7 mai. — Neuvaine en l'honneur de Notre-Dame de la Salette. — Lotions avec l'eau de la fontaine (DUPANLOUP, Journal, 1850, p. 129).
2. Application d'un liquide sur le corps ou une partie du corps dans un but thérapeutique. Lotion calmante, froide, généralisée; lotions fréquentes, prolongées, renouvelées. On traite les plaques vésiculeuses avec des savonnages à l'eau tiède ou des lotions chaudes (GARCIN, Guide vétér., 1944, p. 27). Aide à la cicatrisation par des lotions aux plantes aromatiques, au thé de foin, ou avec des antiseptiques légers (GARCIN, Guide vétér., 1944, p. 39). L'affection [le pityriasis du cuir chevelu] est souvent inesthétique, sale, mais sans gravité. Elle nécessite avant tout des soins locaux : frictions-shampoings, lotions soufrées, alcoolisées (QUILLET Méd., 1965, p. 314).
3. TECHNOL., vx. Action de laver une substance à l'aide d'un liquide dissolvant pour en séparer les matières qui y adhèrent. Tirer les sels d'un mixte par plusieurs lotions réitérées (RAYMOND 1832).
B.P. méton. Le liquide utilisé. À force de temps et de soins, par un usage quotidien des lotions tièdes et de la lime, j'étais parvenu à le délivrer de cette incommodité [deux cors au pied] (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 342).
PHARM., COSMÉT., cour. Préparation pharmaceutique utilisée en médecine pour le traitement local de lésions cutanées ; préparation généralement alcoolisée contenant des substances aromatiques et/ou médicamenteuses destinée à l'hygiène de la peau ou aux soins du cuir chevelu. Lotion sulfo-savonneuse. Savon blanc râpé. Eau. Sulfure de potasse liquide. Contre la gale (BOUCHARDAT, Nouv. formulaire, 1894, p. 253). Quand il fait à la fois chaud et humide, l'évaporation se fait mal, l'épiderme devient sensible et il épaissit pour se défendre contre la chaleur, comme les fruits de chez nous : ananas, mangues, oranges... Je n'emploie aucun produit irritant ni trop riche. Je nettoie bien ma peau, chaque soir, avec une lotion désincrustante (Marie-Claire, 1er juill. 1966, p. 58). Pour les soins quotidiens, les lotions après rasage sont moins alcoolisées et donc moins irritantes que les eaux de cologne et peuvent même être remplacées par des crèmes émollientes ou des lotions appropriées (Le Monde, 21 mars 1967, p. 14, col. 5 et 6):
C'était (...) un médecin très consciencieux, qui savait tout et à qui on ne pouvait parler de la moindre démangeaison sans qu'il vous indiquât aussitôt, dans une formule complexe, la pommade, lotion ou liniment qui convenait.
PROUST, Sodome, 1922, p. 796.
SYNT. Lotion adoucissante, astringente, émolliente, hydratante; lotion démaquillante, désinfectante; lotion capillaire; lotion alcaline, mercurielle.
Prononc. et Orth.:[], [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. XIVe s. [ms.] «action de laver le corps, une partie du corps» (J. GOULAIN, Ration., BN fr. 437, fol. 100 r° ds GDF.: la loccion des mains); 2. 1690 «liquide servant aux soins du corps» (FUR.); 3. 1783-88 techn. «lavage permettant d'éliminer les éléments étrangers à une substance» (BUFFON, Min., r. IV, p. 112, Pougens ds LITTRÉ). Empr. au lat. lotio, -onis «action de laver, lotion», de lautus, lotus, part. passé de lavare. Fréq. abs. littér.: 28.
DÉR. Lotionner, verbe trans., peu usité. Laver avec une lotion. Lotioner le corps avec un mélange d'eau froide et de vinaigre (C. M. BILLARD, Traité des maladies des enfants, 1837, p. 138 ds QUEM. DDL t. 8). Certaines affections nécessitent une médication continue et comme on ne peut passer son temps à lotionner un animal, on remplace l'eau par des onguents ou des pommades à base de médicaments adoucissants (GARCIN, Guide vétér., 1944, p. 18). Emploi abs. Peaux grasses, pores dilatés: un verre d'eau de pluie, le jus d'un citron. Lotionnez matin et soir avec ce mélange. Laisser sécher une heure. Rincez ensuite à l'eau claire (eau de pluie si possible) (H. CINGRIA ds Les Lettres fr., 7 juill. 1966, p. 29, col. 3). Emploi pronom. Cette semaine Madame Express a stoppé le dessèchement provoqué par le soleil, le vent et le sel marin en se lotionnant plusieurs fois par jour, en rentrant de la plage ou de la promenade, avec un «après-soleil» (L'Express, 20 juill. 1970, p. 80, col. 2). [], [-]. -oner (C. M. BILLARD, supra). 1res attest. [XIVe s. «battre (par plaisanterie)» (d'apr. GDF. Lex. et FEW t. 5, p. 424a)] 1835 lotionner le pied (J. de méd. et de chir. pratiques, VI, 350 ds QUEM. DDL t. 8); de lotion, dés. -er.

lotion [losjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1372, loccion « action de se laver »; bas lat. lotio, du p. p. du lat. class. lavare. → Laver.
1 Vx. Action de faire couler un liquide sur le corps pour le laver, le rafraîchir. Ablution, bain, lavement (A.).
1 (…) je me lève, je passe dans ce cabinet où, rendue savante par les expériences de ma mère, j'enlève les traces du sommeil avec des lotions d'eau froide.
Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées, Pl., t. I, p. 306.
Spécialt. Application d'un liquide sur une partie du corps, dans un but thérapeutique. || Lotion calmante, émolliente, tonique. || Faire des lotions sur une plaie.
Liturgie. Ablution, lavement (A.).
2 (1783). Techn. Vx. Lavage d'une substance, pour enlever les éléments étrangers qui y adhèrent, en les dissolvant.
3 (1690). Cour. Liquide utilisé pour des applications à but thérapeutique. || Lotion alcoolique, lotion de graine de lin. || Lotion capillaire, pour empêcher la chute des cheveux. || Lotion médicamenteuse, utilisée dans le traitement des maladies de la peau. || Bouteille de lotion. || Lotion après rasage. After-shave (anglic.); après-rasage.
2 Ce ne fut pas sans peine que les lotions chlorurées et le nitrate d'argent vinrent à bout de la gangrène.
Hugo, les Misérables, V, V, II.
DÉR. Lotionner.

Encyclopédie Universelle. 2012.